Attention, messieurs, dames, je prévois un déferlement d’articles qui vont vous dicter comment  « survivre » au temps des fêtes très prochainement. J’ai envie de vous proposer autre chose… comment VIVRE le temps des fêtes cette année !
>Les Fêtes sont souvent synonyme d’abondance et d’excès alimentaires, je vous l’accorde. J’ai moi-même une « écoeurantite » de bouffe grasse début janvier et je rêve de salades et de soupes légères. Soit. La période des fêtes ne devrait pas être une source d’angoisse, mais plutôt de réjouissances.

Quand j’aborde la question avec mes clients, j’ai deux types de réponses:

La première : « Je me dis que c’est une fois par année, alors autant bien en profiter ! Je me reprendrai en janvier. »

Ou encore : « C’est moi qui fait le menu alors je vais pouvoir contrôler. J’ai dit à ma belle-sœur de ne pas apporter ses tartelettes cette année, comme ça je ne ferai pas d’excès ! »

Je trouve les 2 comportements un peu exagérés…le 1er correspond au principe de « tout ou rien » et est donc entièrement disposé à faire de multiples dérapages alimentaires, parce qu’après tout, il va s’inscrire au gym en janvier 😉

Plus sérieusement, le fait de catégoriser la période des Fêtes comme « la fois de l’année où tout est permis » ouvre la porte sur une alimentation complètement débalancée où « on fait le plein pour l’année ». Je suggère plutôt de profiter des plats spéciaux que vous aimez particulièrement, mais de les manger dans le respect de votre degré de faim. Vous raffolez de la tourtière mais n’avez plus faim ? Gardez-en pour le diner du lendemain. Vous avez hâte à la bûche au chocolat ? Laissez-vous une place au repas principal afin de ne pas sortir de table en roulant…parce qu’après tout, on ne se sent pas très bien lorsqu’on a mangé à en devoir desserrer la ceinture…

La 2e attitude est trop restrictive à mon avis. Laissez-vous l’occasion de manger les aliments qui vous font plaisir ! Le fait de participer au menu peut effectivement vous permettre d’y ajouter votre touche personnelle, par exemple en apportant un plateau de crudités chez vos hôtes qui sont plus du genre viande-sauce-patates. Cependant,  je vous invite de vous laisser l’opportunité de déroger de vos principes alimentaires et d’accepter de ne pas avoir une alimentation parfaite (qui plus est, n’existe pas 😉 )

Oui, nous mangeons souvent plus (trop) les deux dernières semaines de décembre. Oui, la nourriture est habituellement riche, mais souvenez-vous qu’en vous fiant à vos signaux de faim et de satiété, vous aurez assurément moins faim les jours qui suivront. Il ne s’agit pas de privation dans le but de « réparer les excès », comprenez-moi bien ! Il s’agit plutôt d’écouter les besoins de votre corps et, surtout, de lui faire confiance. Imaginez-vous manger de la tourtière, de la sauce, du ragoût, des quiches et du gâteau pendant 2 semaines…envie d’autre chose, non ? C’est ce qui risque de se produire après les fêtes…vous aurez des envies de légumes soudainement. Ce sera le retour du balancier qui s’opérera naturellement.

 

En terminant, voici quelques astuces à retenir pour bien vivre le temps des Fêtes :

1-Changer la pensée « tout ou rien ». Il n’y a pas de « tant qu’à y être » qui tienne.

2-Accepter de ne pas avoir une alimentation parfaite

3-Choisissez vos plats favoris et mangez-les sans culpabilité, en respectant votre appétit.

4-N’oubliez pas de vous hydrater (l’alcool ne compte pas !)

5- Il n’est pas nécessaire de goûter à tout. Prenez ce dont vous avez réellement envie.

6-Ne sautez pas de repas lorsque vous prévoyez avoir un repas copieux plus tard…au contraire ! Le fait d’arriver affamé, on ne le répètera jamais assez, ouvre la voix à des excès alimentaires qui vous rendront inconfortables. Arrivez avec une faim, disons, normale.

7- Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Joyeuses fêtes !

 

Stéphanie Thibault, Dt. P.

nutrisanschichi.com

 

crédit photo: freedigitalphotos.net

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *